jskdbvjsdkvbjkdbvvjk

Placoplatre, pionnier de la plaque de plâtre

En France, l’histoire de la plaque de plâtre et du métier de plaquiste se confond avec celle de Placoplatre : dans un environnement à l’origine peu favorable, collaborateurs, prescripteurs et poseurs ont su imposer un produit révolutionnaire dans le monde de la construction.

Placoplatre : les étapes phares

Que l'on parle d’innovation technique, de réussite industrielle, de distribution ou de réalisation, Placoplatre est avant tout une histoire d’hommes qui ont su, dans un environnement au départ peu favorable, développer, commercialiser, prescrire et imposer un produit totalement nouveau qui a véritablement révolutionné la construction.

Reconstruire la France

En 1946, la France sort d’une guerre épuisante avec pour héritage plus de 400 000 logements détruits et près de 900 000 autres inhabitables. Le gouvernement se mobilise alors pour reconstruire le pays et met en place une politique de natalité très active.

Tandis que le Général de Gaulle réclame “12 millions de beaux bébés pour la nation”, des missions se succèdent aux Etats-Unis dans le cadre du plan Marshall, pour étudier les techniques constructives utilisées par les alliés Américains. Ils découvrent une technologie révolutionnaire : la plaque de plâtre , inventée en 1890.

Simplicité, sécurité, fiabilité, confort mais surtout excellent rapport qualité/prix… Ce produit séduit le Ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme qui incite les trois plus grandes entreprises du plâtre  françaises - Lambert Frères & Cie, les Etablissements Poliet et Chausson et la Société des plâtrières moderne de Grozon - à créer une société commune pour le fabriquer et le commercialiser. Nous sommes le 24 février 1946 : Placoplatre , la société française du “Plasterboard”, vient de voir le jour.

Deux ans après la création de la société, la première unité de production est inaugurée. Située à 25 km au Nord-Est de Paris, l’ usine de Vaujours  s’étend sur 2900 m², à proximité d’importants gisements de gypse . Avec un slogan toujours d’actualité, “Construisez rapidement, économiquement, sainement, à l’abri du feu”, Placoplatre se lance à l’assaut du marché avec deux produits : une plaque de petite dimension 120 x 40 cm, support d'enduit de plâtre humide pour une utilisation en plafond en remplacement des lattis traditionnels et une autre à peindre, de 250 x 120 cm, pour habiller les murs, dont les deux bords longitudinaux sont amincis pour faciliter la dissimulation du joint conçu à partir d'une bande de papier kraft enduite.

L’ère des pionniers

Mais le succès n’est pas au rendez-vous et en 1949, 500 000 m² seulement de plaques de plâtre sortent de ses chaines… 15 fois moins que les prévisions les plus pessimistes !

  • Ceux qui fabriquent, commercialisent, prescrivent et posent les premières plaques de plâtre au clou et au marteau sur des ossatures en bois font face à un handicap : la nouveauté du produit.
  • Aucune référence à laquelle se rattacher. 
  • Un savoir-faire à créer de toutes pièces avec, de plus, un double défi : travailler vite et bien. Vite, car “ construire 20 000 logements par mois est pour la France une question de vie et de mort ” comme le déclare le ministre de la reconstruction Eugène Claudius-Petit. Bien, car il faut faire ses preuves à chaque chantier.
  • La routine a la peau dure : les distributeurs sont très prudents et les plâtriers traditionnels globalement hostiles à cette innovation transformant complètement leur façon de travailler.

Les “30 glorieuses”

Cette lente progression va heureusement s’accélérer à partir de 1952 quand les actionnaires historiques trouvent un nouveau partenaire, BPB Industrie Ltd, celui-là même qui a introduit le plasterboard en Grande-Bretagne dès 1917. Son expérience et les moyens qu’il engage vont définitivement propulser Placoplatre sur la route du succès.

En 1958, la production dépasse les 5 millions de m². L’heure des grands chantiers de maisons individuelles et de logements collectifs commence et Placoplatre bénéficie d’un atout majeur : la cloison alvéolée hauteur d’étage Placopan ® , toujours fabriquée aujourd’hui. De nouveaux marchés viennent s’ajouter - hôpitaux, stations balnéaires et de sports d’hiver… - et jusqu’aux années 80, Placoplatre va connaitre une croissance record, au cœur des “30 Glorieuses”.

En 1967, Placoplatre inaugure sa seconde usine à Chambéry , suivie en 1973 de celle de Cognac . Trois usines complémentaires, modernes et performantes, qui mettent tous les marchés à moins de 300 km.

Aujourd’hui filiale de Saint-Gobain, Placoplatre, qui a racheté au fil du temps ses 3 “parents” et leurs gisements de gypse , consolide année après année, sa place de n°1 français avec des parts de marchés de 45 à 55% selon les gammes de produits et une production globale annuelle de plus de 150 millions de m² de plaques de plâtre. 

La création d’un nouveau métier

Le Club Entreprises Placo®

Le Club Entreprises Placo

Créée de toute pièce, la profession de poseurs de plaques de plâtre, à mi-chemin entre la menuiserie et la plâtrerie, va mettre plus de 30 ans pour gagner ses lettres de noblesses. Durant toutes ces années, Placoplatre n’a eu de cesse de faire évoluer le métier par ses évolutions techniques et sa politique de formation  et de partenariat des plus volontaire.

Dès 1948, Placoplatre met en place un noyau de démonstrateurs pour initier les compagnons et les artisans qui se lancent dans l’aventure. En 1955, ses camions sillonnent les routes de France pour conseiller et former les menuisiers et les plâtriers. Son Centre de Formation national est créé en 1970, puis ses équipes de moniteurs débutent l’assistance technique sur chantiers. Placoplatre va former plus de 15 000 professionnels en 10 ans.

Conscient que le succès de ses systèmes constructifs est directement lié à la qualité de la mise en œuvre , Placoplatre crée en 1967, un premier “Label de Qualification “ pour distinguer les entreprises de pose justifiant d’un haut savoir-faire technique. Le Club d’entreprises agréées Placoplatre est lancé et les meilleures entreprises vont rallier la fameuse “Cocotte”, le premier logo de Placoplatre qui orne les bâches bleues des camions de livraison. Elles seront 43 deux ans plus tard et entre 600 et 800, à partir des années 90. Fin 1980, l'heure de la reconnaissance a enfin sonné. Suite à un voyage d'études organisé par Placoplatre au Canada et aux Etats-Unis, la profession trouve son nom : plaquiste! L'union National des Entrepreneurs Plâtriers et Stucateurs (aujourd'hui UMPI-FFB) officialise l'appellation l'année suivante à son congrès de la Baule.

La valorisation de la profession

Après le savoir-faire, le faire-savoir. En 1986, Placoplatre crée le Trophée du Plaquiste pour valoriser le talent des entreprises les plus compétentes. Devant son succès, il sera par la suite organisé en Challenges Régionaux et Trophées Nationaux. En 1998, une nouvelle étape est franchie : Placoplatre, alors filiale du Groupe BPB, organise en France les premiers Trophées internationaux, sur le même principe. Désormais intitulés les “Saint-Gobain Gypsum International Trophy”, ils sont tous les deux ans, la vitrine mondiale de l’ingéniosité des professionnels du plâtre et des possibilités techniques et décoratives des systèmes constructifs en plaques de plâtre et en plâtre.

La naissance de la plaque de plâtre

La plaque de plâtre a été inventée, ou plutôt mise au point, en 1890 à New-York. Nous sommes à l’époque de la ruée vers l’Ouest et les villes champignons sortent de terre. Les maisons sont majoritairement en bois avec une étanchéité à l’air assurée en carton bitumé, qui comme le bois, brûle facilement. Pour assurer leur aménagement et leur protection contre l’incendie, Augustin Sackett, ingénieur dans une compagnie pétrolière, développe une première solution : une armature en bois recouverte de plaques constituées de bandes de papier collés entre elles par des couches de goudron. Mais cet assemblage ne résiste pas au feu et, en 1890, lui vient l’idée de couler du plâtre de Paris, importé de France et réputé ininflammable, entre deux feuilles de cartons bulles. L’inventeur de la plaque de plâtre cartonnée recevra, le 22 mai 1894, le brevet délivré sous le numéro 520-123.

La "plasterboard" est alors fabriquée avec un processus étonnant : le carton se déroule d’une bobine, vient tremper dans un bac de plâtre et fait ensuite sa prise sur une grande roue ! Le succès est immédiat. Dès 1904, Augustin Sackett a ouvert 4 usines et une nouvelle industrie est née. US Gypsum, un grand industriel du plâtre va ensuite développer le produit. En assurant la protection incendie des baraquements construits par l’armée américaine, la première guerre mondiale le consacre définitivement. La société anglaise British Plasterboard (BPB) achète le brevet en 1917, suivi par Placoplatre en 1946.


OK

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visites. En savoir plus et gérer ces paramètres.

×