jskdbvjsdkvbjkdbvvjk

Le gypse et le plâtre dans l’histoire

Du néolithique jusqu’à son utilisation moderne, plus de 80 siècles témoignent de l’utilisation du gypse et du plâtre dans l’architecture, l’art et les aménagements de nos lieux de vie. Rétrospective de ces deux matériaux à travers les âges.

Gypse et plâtre : les usages à travers les âges

L’apparition et l’utilisation du gypse  et du plâtre remonte à la nuit des temps.

Le néolithique

Les premières traces d’utilisation de la “pierre à plâtre” remontent au néolithique - 9000/6000 avant Jésus Christ - avec, notamment, la découverte du site archéologique de Catal Hüyük, en Turquie. L’architecture extraordinaire de ce village anatolien, aux murs de briques crues, a relevé la présence d’enduits de plâtre et de chaux comme support de multiples fresques et peintures murales.

L’Egypte ancienne

L’autre grande première utilisation du plâtre remonte à l’Egypte ancienne avec son utilisation à Gizeh lors de la construction des pyramides, environ 2800 ans avant JC. Pline l’Ancien, écrivain et naturaliste romain du Ier siècle, indique que le sphinx de Gizeh était entièrement recouvert de plâtre peint. Les archéologues ont découvert, quant à eux, l’utilisation de plâtre  en tant que liant des pierres de la grande pyramide de Khéops et support des peintures funéraires à l’intérieur des tombes.

L’époque gréco-romaine

L’usage du plâtre est très répandu à l’époque gréco-romaine : les masques funéraires égyptiens (entre le 1er et IV° siècle après JC) destinés à vêtir les momies étaient en effet en plâtre et en stuc, comme le démontre le département des antiquités égyptiennes du Musée du Louvre.

Théophraste, élève d’Aristote, détaille dans son traité sur les pierres les propriétés et l’utilisation du Gypsos (gypsus en latin) en maçonnerie, crépissage des murs et toutes sortes de scellements et de moulage.

L’art byzantin

En Asie centrale, au Proche-Orient et en Espagne, l’art byzantin a fait appel pendant 12 siècles aux décors de stuc et de plâtre aussi appelé le « Djiss », comme en témoigne par exemple l’architecture de l’Alhambra de Grenade en Espagne.

Les vestiges de plâtre sont également nombreux en Perse, en Iran et en Mésopotamie

Le plâtre à travers l’histoire de France

Dans l’hexagone, les traces d’utilisation sont particulièrement nombreuses depuis le bas moyen-âge en Ile-de-France et en Provence. Surnommé l'Or Blanc, le plâtre est intimement lié à la vie de Lutèce, puis de Paris, la colline de Montmartre, regorgeant de gypse. A partir du 1er siècle, il est utilisé pour effectuer des scellements, puis, associé à d'autres matériaux, pour réaliser des carreaux, des briques, des dallages, des colonnes ou encore des décors moulés.

Au moyen-âge, le plâtre remplace le torchis et devient un véritable matériau de construction. Les murs des habitations sont enduits de plâtres et de chaux, les plafonds sont réalisés en bois et en plâtre.

En 1292, une charte royale mentionne l’exploitation de 18 carrières en région parisienne et l’inscription de 18 plâtriers assurant l’extraction, la fabrication, le transport et le commerce du plâtre. La porte Blanche ainsi que la rue Blanche doivent d’ailleurs leur nom à la pierre blanche. En 1667, suite à l’incendie de Londres, un édit de Louis XIV va même entrainer la généralisation du revêtement plâtre pour renforcer la protection incendie des maisons en pan de bois hourdis de Paris. Les enduits extérieurs 

Autre utilisation remarquable, découverte dans la nécropole de Saint-Denis, la réalisation en série de sarcophages en plâtre moulé durant l’époque mérovingienne (520-700).sont également en plâtre et à la chaux dans les maisons paysannes et en Provence. L’architecture et les décors des maisons font aussi une belle place au gypse à partir du XVI° siècle.

Le plâtre, support de l’art

Moulures, colonnes, chapiteaux, décors de cheminée ou d’escalier… de multiples ouvrages en staff et en stuc viennent décorer les murs et les plafonds des habitations et, tout particulièrement, des hôtels particuliers à partir de la Renaissance.

Quel que soit l’époque, le plâtre demeure aussi la matière première naturelle des sculpteurs par ses capacités à prendre docilement toutes les formes de leur création. Les témoignages sont nombreux et particulièrement au XIX° siècle où, Rodin, parmi tant d’autres, utilisait majoritairement le plâtre pour ses sculptures.

Les procédés d’estampage et de moulage en plâtre sont très utilisés pour reproduire les œuvres d’art ou en restauration pour reconstituer les parties altérées d’un édifice.

Enfin, le plâtre constitue un matériau pédagogique aux multiples possibilités pour découvrir à tout âge les arts plastiques à travers des prises d’empreintes, des moulages, des assemblages.

Industrialisation de la production du plâtre 

Usine de Cormeilles

Usine Placoplatre de Cormeilles

Si durant tous ces siècles, l’extraction du gypse  se fait principalement de façon artisanale directement à flanc de colline, puis en galerie, avec une cuisson au feu de bois et un concassage manuel, c’est à partir du XIXème siècle que l’exploitation se déplace hors des villes.

En 1822, Pierre-Etienne Lambert ouvre la première carrière de Cormeilles-en-Parisis  en région parisienne. Les fours artisanaux laissent alors la place à des fours à plâtre beaucoup plus performant et, à partir de 1878, son descendant Jules-Hilaire Lambert industrialise la production des plâtres de construction et de moulage.

Autre grande étape clé dans la saga de ce matériau : l’invention du “plasterboard” en 1890 à New-York, qui gagnera la France en 1946 avec la production des premières plaques de plâtre par Placoplatre sur le site de Vaujours .

La montée en puissance croissante de l’utilisation de la plaque de plâtre qui dépasse aujourd’hui les 300 millions de m² annuel, a par ailleurs entrainé l’apparition d’un nouveau métier, baptisé “plaquiste“ suite à un voyage d’étude d’entreprises spécialisées organisé au Canada et aux USA par Placoplatre en 1980.

Le matériau idéal pour construire et rénover durable

Bénéficiant d’un rapport qualité-prix toujours aussi remarquable, les produits et systèmes constructifs à base de plâtre continue d’innover sur le plan de leurs performances thermiques et acoustiques tout en se dotant de nouvelles fonctions telles l’amélioration de la qualité de l’air intérieur. Et, en ce début de 21° siècle, le plâtre est plus que jamais le matériau irremplaçable pour répondre aux défis de demain.


OK

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visites. En savoir plus et gérer ces paramètres.

×