Qualité de l’air intérieur

La société Placoplatre relève le défi de la “Maison saine” avec des solutions qui améliorent la qualité de l’air intérieur et le bien-être des occupants.

Les enjeux de la qualité de l’air

Deux chiffres permettent de se rendre compte de l’impact direct de la qualité de l’air intérieur sur notre santé : nous respirons de 8 000 à 12 000 litres d’air par jour, soit environ 10 à 15 kg d’air, et passons entre 70 et 90 % de notre temps à l'intérieur d’un espace clos ou semi-clos, à la maison, au travail, à l’école…  

Une bonne qualité de l’air est primordiale dans les bâtiments. En effet, un air sain permet d’améliorer le confort et le bien-être des occupants . La qualité de l’air intérieur a un impact direct sur la santé des habitants. Un air pur réduit le développement des allergies ou d’asthme, en particulier chez les enfants et les adolescents plus sensibles à la qualité de l’air que les adultes.

Que sont les polluants de l’air intérieur ?

Ces polluants peuvent être de différents types : physiques, chimiques, bactériologiques… Cependant les polluants dits “COV” (Composés Organiques Volatils - famille des aldéhydes) sont les plus importants car ils peuvent être jusqu’à 15 fois plus présents dans l’air intérieur que dans l’air extérieur ( source : Étude habitat de l’Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur )
Dans la famille des COV, le formaldéhyde, déclaré cancérigène par l'Organisation Mondiale de la Santé, peut être lui aussi jusqu'à 15 fois plus présent à l'intérieur qu'à l'extérieur et ce, été comme hiver. Selon les études récentes de l’OQAI*, 85% des bâtiments présentent une concentration supérieure au seuil de 10μg/m3 d’air de formaldéhyde avec 20μg/m3 d’air en moyenne et des valeurs jusqu’à 80μg/m3 !

Pour une bonne qualité de l’air intérieur, il est ainsi nécessaire d’une part de bien choisir matériaux de construction et produits de finition, meubles, et produits d’entretien ; et d’autre part d’aérer les bâtiments. Enfin, il est possible d’utiliser des produits qui absorbent les COV.

Les enfants, plus sensibles à la qualité de l'air

La présence excessive de COV dans l’air intérieur est particulièrement préoccupante pour la santé des enfants. Ils sont en effet plus sensibles à la qualité de l’air intérieur que les adultes et sont ainsi plus susceptibles d’éprouver des difficultés de concentration, une fatigue accrue, des irritations (yeux, muqueuses), des nausées ou encore des maux de tête. La qualité de l’air de leurs chambres doit donc être assurée en priorité.
Le Grenelle de l'environnement et les plans Santé-Environnement illustrent d’ailleurs cette prise de conscience avec, notamment, les décrets du 2 décembre 2011 qui rendent obligatoire à partir de 2015 la surveillance de la qualité de l'air intérieur de certains bâtiments (crèches, écoles maternelles...).

Activ’Air ® : des solutions actives pour réduire les formaldéhydes 

Par sa capacité à détruire 70% des COV, la  technologie Activ’Air ® de Placoplatre protège les occupants et participe à la diminution des risques d’allergies et d’asthme en particulier chez les enfants.

Activ’Air ® agit de façon définitive en cassant la liaison carbone-oxygène de la molécule de formaldéhyde. Une réaction irréversible, sans  aucun risque de réémission de polluants dans le temps et efficace tout au long de la durée de vie d’un bâtiment.

Une gamme complète pour toutes les pièces

La gamme Activ’Air ® permet de traiter toutes les pièces de la maison quel que soit la technique constructive retenue : blocs béton, béton cellulaire, monomur, brique ou encore ossature bois :

  • les murs périphériques avec le doublage collé Doublissimo ® 30 Impact,
  • les cloisons, contre-cloisons, murs de refend et plafonds avec les plaques de plâtre Activ'Air ® BA 13, Placoplatre ® Activ’Air ® , Gyptone ® Activ ‘Air ® ou encore le plâtre Lutèce Air’Pur ® .

Les solutions Placoplatre ® Activ’Air ® permettent de répondre au nouveau référentiel HQE ® Performance qui quantifie très précisément l’impact global des choix constructifs des bâtiments sur la santé de ses occupants. Dans une vision globale de la qualité sanitaire , elles doivent être complétées par le choix de  matériaux peu émissifs en COV et une étanchéité à l’air efficace, couplée à un renouvellement d’air suffisant assuré par un système de ventilation adapté. Cela, afin d’éviter tout risque de pathologie liée à une humidité ambiante mal contrôlée.


OK

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visites. En savoir plus et gérer ces paramètres.

×